mercredi 28 septembre 2016

89- Des nitrites dans la viande, mais pourquoi faire?

DES NITRITES DANS LA VIANDE, MAIS POURQUOI FAIRE?

Pour une fois, je vais vous parler de viande. Ce n’est pas mon habitude, pas que je sois végétarien, mais parce que c’est un sujet que je connais très mal. Mais si l’occasion se présente d’en parler sans risque de vous raconter trop de bêtises…

Je signale à mes lecteurs non français, que la France est probablement le pays où la pression médiatique et politique contre la chimie en général et contre ses usages alimentaires (utilisation des pesticides en agriculture et des additifs dans l’alimentation), est la plus forte. Les émissions de télévision contre l’agriculture et l’agroalimentaire sont extrêmement nombreuses, de l’ordre de 1 à 1,5 par semaine (http://alerte-environnement.fr/2016/09/08/pesticides-multiplication-des-hoax-lagri-bashing-se-poursuit/ ).
Quel que soit le sujet abordé, les aspects négatifs sont toujours décortiqués avec plus ou moins de malhonnêteté, et les aspects positifs ou simplement utiles sont systématiquement passés sous silence. L’émission mensuelle Cash Investigation, animée par la très médiatique et très polémique Elise Lucet est l’un des fers de lance de cette politique aux finalités non avouées.

Donc, dans l'émission Cash Investigation du 13 septembre dernier (https://www.youtube.com/user/cashinvestigationf2 ), Elise Lucet dénonçait de manière virulente, supposées preuves et surtout témoignages à l'appui, selon sa méthode habituelle, l'usage généralisé des nitrites dans les viandes conservées, en particulier le jambon blanc et les saucisses. Le seul objectif de l’utilisation massive de cet additif, selon la thèse qu’elle défend, est de garder à la viande sa couleur rose.

Image: http://www.ziaconcetta.com/site/images/normal/Les-produits53710180a2c3f.jpg

Les nitrites sont accusés d'être parmi les responsables, en particulier des cancers colorectaux. Le CIRC, référence très controversée quant à l'impartialité de ses travaux, les classe 2A, soit cancérogène probable (probabilité haute). Le produit présente un danger, ça parait clair, bien que la controverse existe.
La question du risque est donc de savoir quelle est la consommation raisonnable à ne pas dépasser. Le risque c’est le danger multiplié par l’exposition, dans ce cas la consommation. (Le saut en parachute présente un danger. Mais vous n’aurez de risque que si vous le pratiquez).
Plus vous allez consommer de produit contenant des nitrites, plus vous aurez de risque de développer un des cancers auquel le produit vous expose.
Le sujet est donc très sérieux, on ne doit pas le prendre à la légère.

Gros succès pour l'émission de rentrée. Il faut remobiliser le rentreur de vacances déprimé. Un petit coup d'anxiété, et on se fait un bon audimat pour la rentrée.
Sauf que le problème n'est pas là où on prétend qu’il se situe. L’émission présente l’usage des nitrites comme le principal responsable de l’augmentation de certains types de cancers.

Pourtant, il y a quelques détails dont elle fait totalement abstraction.

Nos sociétés assistent à une augmentation significative du nombre de cancers de tous types. Les hypothèses pour expliquer ce phénomène sont nombreuses. Les pesticides et les fertilisants sont, bien sûr, parmi les premiers accusés.
Il existe pourtant une cause d’importance majeure, qu’aujourd’hui personne ne remet en question, mais dont on parle peu, l’âge. L’espérance de vie en France était d’un peu moins de 70 ans en 1960, elle est de plus de 82 ans en 2012 (source Banque Mondiale). https://www.google.es/#q=esp%C3%A9rance+de+vie+france
Les cancers colorectaux sont des maladies typiques des personnes âgées. L’augmentation de l’espérance de vie provoque une forte augmentation du nombre de personnes susceptibles de développer ce type de cancers, donc du nombre de cas.
Doit-on attribuer l’augmentation de ces types de cancers à l’utilisation des nitrites, ou à l’augmentation du nombre de personnes âgées ?

D’autre part, l’augmentation de la consommation de charcuterie suit à peu près l’augmentation de population. En France, la population est passée de 44 millions en 1960 à 66 millions en 2012 (https://www.google.es/#q=population+fran%C3%A7aise ), soit une augmentation de 50%, alors que la consommation de charcuterie est passée de moins de 1,5 millions de tonnes à 2,1 millions de tonnes, soit une augmentation de 50% aussi. https://visuels.l214.com/sites/www.viande.info/2014/pages/Evolution-structure-conso-viande-France.jpg


Avec des évidences aussi peu évidentes, pourquoi faire une émission à sensation sur un problème qui n’existe pas ?
Quels sont les intérêts occultes que défend Elise Lucet dans son émission ?

Image (extraite du film "Les vieux de la vieille"): http://media.senscritique.com/media/000005516361/1200/Les_Vieux_de_la_vieille.jpg

Parce que les vraies questions, celles qu’elle n'a pas voulu poser sont:
Les nitrites, sont-ils vraiment utilisés uniquement pour que la viande garde sa belle couleur rose?
Si c’est le cas, et que cet additif est si dangereux, pourquoi les autorités sanitaires autorisent-elles son usage massif ?
Les lobbies du secteur de l'agroalimentaire sont-ils si puissants que l'administration publique les laisse faire n'importe quoi sans réagir, en supposant qu’il existe réellement un risque pour la santé publique?

Un petit tour sur internet pour trouver des informations, et nous voici sur le blog de Wackes Seppi, qui nous fait un très clair résumé de situation (http://seppi.over-blog.com/2016/09/cash-investigation-sur-france-2-rien-a-cirer-du-csa-ni-des-telespectateurs.html )

Puis nous allons sur la page d’Info-nitrites, qui nous présente une petite vidéo très simple et claire (http://info-nitrites.fr/nitrites-et-charcuterie/ ). Nous en profitons pour y évaluer la quantité de jambon blanc que l'on peut manger tous les jours sans risque, selon les normes européennes (http://info-nitrites.fr/categorie/questions-reponses/ ).


Que tirons-nous de ça?
-       Que les nitrites sont actuellement une nécessité pour conserver la viande plus de quelques jours. Il n’existe pas, pour l’instant, de produit meilleur,
-       Que, contrairement à ce que nous annonce Elise Lucet, la couleur rose n'est qu'une conséquence de l'usage des nitrites. Il faut bien reconnaitre que nous sommes si habitués à acheter du jambon rose, que si on nous le présentait marronnasse, nous aurions quelques difficultés à nous y habituer,
-       Que les bactéries contre lesquelles agissent les nitrites sont infiniment plus dangereuses que le risque de cancer, dont les nitrites ne sont en plus pas la seule cause. Nous parlons en l'occurrence du botulisme (quelques centaines de cas en Europe chaque année), de la listériose (autour de 1500 cas en Europe chaque année) et de la salmonellose (plus de 150.000 cas en Europe chaque année, bien que la viande ne soit pas la seule incriminée),
-       Qu'il faut choisir, comme c'est souvent le cas, entre deux maux. D’une part, nous avons un risque hypothétique de développer un cancer colorectal durant la vieillesse (si on abuse de la charcuterie). D’autre part, nous avons la certitude absolue d'assister à une explosion des cas de botulisme, de listériose et de salmonellose si on interdit l'additif, avec les problèmes de santé, les risques de mortalité et les surcouts de santé publique qui y seraient liés,
-       Que la France est le pays de l’Union Européenne où l’incidence des cancers colorectaux est la plus faible comme le montre le tableau à la fin du document suivant http://info-nitrites.fr/charcuterie-et-cancer-le-debat/.

Image: http://i.huffpost.com/gen/2992434/images/o-SALMONELLOSIS-facebook.jpg

Alors Elise Lucet, puisque ces additifs, selon votre théorie, sont uniquement destinés à maintenir la couleur rose de la viande, et n’a aucun autre intérêt digne d’être mentionné dans une émission « d’information » à une heure de grande écoute sur une chaine de télévision du service public, si on testait la méthode sur vous?

Une dégustation de charcuterie sans nitrite, en direct sur votre plateau, avec toute votre équipe de choc et vos nombreux soutiens?
Ensuite on ferait un suivi médical de tout le groupe, avec étude statistique à l'appui. On pourrait même faire un groupe témoin alimenté à la charcuterie avec nitrites.
On aurait une étude scientifique et publique de l’incidence sur la santé des consommateurs, des bactéries que le non traitement aux nitrites aurait permis de ne pas contrôler.
Ça ne serait pas un super sujet d'émission, ça?

On pourrait même en faire une téléréalité, avec vidéo en direct depuis les toilettes et les urgences de l’hôpital.

Un bel audimat en perspective !!!

Mais je préfère ne pas participer à l'expérience si Elise Lucet n'y voit pas d'inconvénient.

Je ne voudrais pas lui voler la vedette…